Allergies vs Intolérances : tout est une question de vocabulaire

Les allergies alimentaires sont de plus en plus fréquentes dans le monde depuis 50 ans. Si les scientifiques ne l’expliquent toujours pas, le fait que les allergies alimentaires aient augmenté est indiscutable.

Aujourd’hui on parle d’intolérance ou d’allergie – d’allergie immédiate ou d’allergie retardée – dans le jargon médical d' ige médié ou non médié.


Quand l’un est une réaction du système immunitaire, l’autre est une incapacité à digérer certains aliments.


L’allergie alimentaire : le système immunitaire


L'allergie découle d'un dérèglement du système immunitaire responsable d'une perte de tolérance à des substances, a priori sans dangers. Ces substances, appelées allergènes, peuvent se trouver dans l’air, l’alimentation ou même les médicaments. L’allergie alimentaire est une réaction des anticorps. En effet, lorsque les anticorps particuliers appelés immunoglobulines E (IgE ) entrent en contact avec un allergène spécifique, ils provoquent la libération massive de médiateurs chimiques (histamine). Ces médiateurs chimiques sont responsables de l’apparition des symptômes associés à l’allergie.


Pour que l'allergie apparaisse, deux temps sont nécessaires :


  • Une première phase de sensibilisation à l'allergène qui ne donne aucun signe et passe inaperçue : L'organisme produit des anticorps, IgE, et ces dernières vont identifier l'allergène en cause et se fixer sur certaines cellules de défense de l’organisme (les mastocytes) ;


  • Une deuxième phase de révélation au cours de laquelle une réaction inadaptée de l'organisme apparait : Lors d'un second contact avec l’allergène, celui-ci va croiser les cellules portant ces IgE et les stimuler, entraînant la libération d’histamine. En quelques minutes une réaction inflammatoire et des symptômes vont apparaître d'où le nom d'allergie immédiate. Ces manifestations peuvent déclencher une réaction mineure comme des démangeaisons, un gonflement ou des maux d’estomac. Cependant, une personne sur quatre risque une réaction sévère : l’anaphylaxie.


L’anaphylaxie : " Etat de choc défini comme une réaction impliquant deux organes du corps minimum et des symptômes comme une respiration sifflante, des vertiges ou des vomissements. Le pouls peut ralentir, la pression artérielle peut chuter et les voies respiratoires peuvent aller jusqu’à se fermer. Et pour une partie des allergiques, la réaction peut être si violente qu’elle entraîne la mort."


Le diagnostic d’une allergie alimentaire se fait par un test chez l’allergologue.


L’intolérance alimentaire : le système digestif


L’intolérance est une difficulté du tube digestif à digérer un aliment. Par conséquent, les symptômes d’intolérance alimentaire sont souvent des problèmes digestifs, mais peuvent également provoqués des problèmes ORL, des maux de tête, des problèmes de peau. Les personnes atteintes d’intolérances alimentaires ne risquent pas de choc anaphylactique mais cela n’en diminue pas moins leurs souffrances au quotidien.


Si vous avez une intolérance alimentaire, vous pourrez en principe manger de petites quantités de nourriture sans "problèmes sévères". C’est généralement à vous de définir quel est votre seuil de tolérance.


Les raisons pour lesquelles on développe une intolérance alimentaire sont multiples :


  • L’intolérance au lactose : absence d’une enzyme (lactase) nécessaire à la digestion complète d’un aliment

  • Syndrome du côlon irritable : Cette maladie chronique peut provoquer des crampes, de la constipation et de la diarrhée qui empêche la bonne digestion de certains aliments.

  • Sensibilité aux additifs alimentaires : les sulfites utilisés pour conserver les fruits secs, les conserves et le vin peuvent déclencher des crises d’asthme chez les personnes sensibles.

Les intolérances alimentaires sont variées et impliquent de mettre en place un régime alimentaire strict qui permettront, peut être un jour, de réintégrer l'aliment en question. Certaines maladies auto-immunes, métaboliques, rares impliquent de suivre ce même régime alimentaire.